Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Auteurs maison

Les bonus de la saison
Jean-Benoît Patricot ne parlait pas avant d'écrire sa pièce "Pompier(s)"
Donner la parole à ceux qui ne parlent pas
En 2001, Libération fait état du viol collectif d’une bande de pompiers sur une jeune femme handicapée. Docteur en  pharmacie  converti  au  théâtre  et  au  roman,  Jean-Benoît  Patricot  s’inspire  du  fait  divers.  Il  compose  une  partition saisissante, poème pour deux voix aux langues opposées. Il soulève les questions des responsabilités individuelles et collectives.
Pompier(s) de Jean-Benoît Patricot, mise en scène Catherine Schaub, avec Géraldine Martineau et Antoine Cholet



À lire aussi...
 Auteurs maison 
Le 11/06/2014
 
 Auteurs maison 
Le 13/04/2013
Quelques doutes pris au hasard
J'ai vu une alouette posée sur un éléphant Soit c'était pas une alouette, soit c'était pas un éléphant J'ai vu Dieu vendre des fraises au bord de la route Soit c'était pas Dieu, soit c'était pas des fraises J'ai vu un truc sous le buffet Soit c'était pas un truc, soit c'était pas un buffet J'ai eu soudain un doute Soit j'ai rien eu, soit c'était pas un doute A force de douter, on se demande ! Soit c'est encore autre chose On ne saura jamais Quoique Doutons Il en sortira toujours quelque chose L'enfant du doute, comme on dit Et encore c'est pas sûr. En tous les cas, c'est comme ça ! Après on verra.
 
 Auteurs maison 
Le 13/03/2012
De qui se moque-t-on ?
9. L'eau
L’eau, j’ose espérer que nul ne va venir me chanter qu’elle nous lave et nous désaltère ! Attention : celui qui s’y risquerait pourrait bien recevoir sur la tête le contenu du seau que je garde en réserve pour aider mon chien à se retirer de ma chienne lorsqu’ils se retrouvent collés cul à cul comme deux gendarmes (et je ne parle évidemment pas des punaises rouge et noire de nos jardins mais bien des gardiens de l’ordre, quand le binôme se partage la surveillance du territoire – chacun un hémisphère), car, oui, je veux bien l’admettre, l’eau peut rendre quelques services – splatch !, et voici Pompon sorti de Bigoudi.      
Mais il ne manquerait plus que celle-ci ne nous soit jamais d’aucune utilité ! Songez qu’elle inonde abusivement les deux tiers de ce globe terraqué – en sorte que l’homme a quelques excuses s’il patauge ainsi depuis que le monde est ce marécage. Non contente de lâcher sur nous ses hallebardes puis de ruisseler dans notre cou par le défaut de notre armure pour nous refiler son rhume, l’eau entrerait encore pour les deux tiers dans la constitution du tissu même de notre corps – et voici deux autres tiers submergés ! –, s’il faut en croire du moins les anatomistes qui devaient être sérieusement imbibés en effet lorsqu’ils se sont livrés à ces observations ; leurs épouses auront apprécié, je suppose, de se voir ainsi traitées publiquement de serpillières. C’est élégant !      
Désolé, moi je ne suis pas si poreux ; hermétiquement poète, et si mon cœur est sec, Finette, Agathe et Suzie s’y trouvent à l’abri des averses.      
Mais quoi ! Et s’ils avaient raison, pourtant, tous ces scientifiques hydrophiles ? Les deux tiers du globe et les deux tiers du corps entièrement aqueux ! Où vivre donc, et comment, sans sombrer inéluctablement ? Serions-nous des poulpes, des poissons, ces créatures absurdes qui grouillent dans les abysses et dispersent leur frai dans les courants ? Ne sommes-nous pas plutôt de robustes gaillards, solidement charpentés autour d’une poutre maîtresse érigée par le désir même ?      
Or donc, que faire, mes amis, une fois de plus, que faire ? Rien de plus que cela : crachons, pleurons, pissons vers les cieux bruns, très haut et très loin, vidons-nous de toute cette eau, puis, cela fait, accroupis, à genoux, sans faiblir, épongeons ! Alors, lestés d’une évidence nouvelle, sauvés de ce perpétuel naufrage, nous reprendrons pied sur la terre ferme, nous lèverons en cheminant de légers nuages de poussière et de cendre ; et, sans craindre désormais de maculer leur velours d’horribles auréoles, nous jouirons voluptueusement de la douceur des choses.
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
927 art.
 
 Vedettes etc.
576 art.
 
 Confs & Perfs
641 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
196 art.
 
 Presse
66 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point