Rechercher 
 
theatre du rond point vents contraires
Revue en ligne du

Auteurs maison

Les bonus de la saison
François Gremaud & Pierre Mifsud : "S'émerveiller d'à peu près tout"
A l'image du Surmâle, personnage infatigable d'Alfred Jarry dont la course rivalisait avec un train lancé à grande vitesse à travers l'Europe de la révolution industrielle, le metteur en scène et auteur François Gremaud (Cie 2B) et l'acteur Pierre Mifsud se sont lancés dans le pari fou de se mesurer avec la mémoire en ligne de l'encyclopédie Wikipédia. Soit le projet exaltant et drôle d'assumer parfaitement sa propre idiotie — au sens où l'entend le philosophe Clément Rosset — en proposant au public huit heures (sic 8) de Conférence de choses : un marathon cervical et burlesque lancé au travers du cabinet de curiosité de notre savoir universel. A déguster en neuf épisodes ou en intégrale non stop.
À lire aussi...
 Auteurs maison 
Le 11/07/2010
Il faut que ça change !
(L'été au comptoir)
Deux blancs au poulet, il faut que ça change !
Une selle au vélo, il faut que ça change !
Un coeur qui bat, il faut que ça change !
La terre par terre, il faut que ça change !
La pluie qui tombe, il faut que ça change !
Le temps qui passe, il faut que ça change !
Le soleil qui se lève, il faut que ça change !
La pleine lune, il faut que ça change !
L'eau de mer, il faut que ça change !
Les rêves, il faut que ça change !
Les chaussettes, il faut que ça change !
Il faut que tout change !
Changeons nos raies de côté !
 
 Auteurs maison 
Le 26/06/2013
Transparence transparence
Quel curieux monde qui voudrait que tout soit transparent, mais de manière secrète. On devra publier les ressources des hommes politiques, mais elles ne seront consultables que sous certaines conditions très restrictives. Les services secrets aspirent nos données personnelles véhiculées par le Net ainsi que nos téléphones mobiles, mais c'est un crime d'Etat si un espion sort de l'ombre et révèle ce secret de polichinelle. Alors lançons-nous dans les vents contraires, disons tout, révélons tout, ne cachons rien, on va s'amuser.
 
 Auteurs maison 
Le 27/03/2013
Alexandrin sans chaussettes
Poème presque pas poétique
Un alexandrin fait douze pieds Pour aller où ? Au bout de ligne ! C'est pas beaucoup ! J'ai vu un alexandrin dans le train Douze pieds sans chausettes Qui partait à cassis Qui n'aimait plus Paris Trois pieds puaient Verlaine Neuf pieds puaient Villon Il m'a insulté, gros con, même pas douze pieds ! Une insulte en deux pieds Minuscule vertige Pauvre sire Qui partait sur la côte. La lourdeur des poèmes est moins triste au soleil
 
Toutes les rubriques
 
 Accueil
 
 Auteurs maison
911 art.
 
 Vedettes etc.
566 art.
 
 Confs & Perfs
590 art.
 
 Archives
3633 art.
 
 Podcast
180 art.
 
 Presse
65 art.
 

 Contactez-nous 
 
Les podcastsdu Rond-Point
 
Ce site vous est proposé par le théâtre du Rond-Point